01 mars 2021

Atelier au féminin en partenariat avec la fondation des femmes à la Cité Audacieuse

En coordination avec la Cité Audacieuse les Baladantes ont le plaisir de vous proposer un atelier d'écriture créative au féminin, en non mixité le 23 février 2021 de 18h30 à 20h  En présence de Marie-Françoise Montebello qui vient de publier son dernier ouvrage
« La traversée des MacaroniEs »
Une histoire qui rend hommage au courage des femmes migrantes mais qui nous interroge également sur notre destinée et notre identité.
A travers ces portraits de femmes, nous irons goûter le fruit de nos souvenirs

 

De Maryam Simon

Le Fesenjoon
Vous n'avez certainement jamais entendu ce nom, ni jamais rien mangé de tel... Fesenjoon.... ce nom évoque ma grand-mère, dont le prénom, Afoujoon, contient les mêmes sonorités, la même rondeur, la même douceur. De la douceur, il y en a dans ce plat, et dans cette femme. Mais il y a aussi de l'acidité, de l'intensité, et du crémeux. Ma grand-mère a toujours aimé ce qui est gras. Laissez-moi vous conter ce plat délicieux. Fermez les yeux et envolez-vous en Orient, dans un décor de 1001 nuits. C'est la nuit la plus longue de l'année, avant que les jours rallongent et que le soleil réapparaisse. Ce soir là, on fête Yalda en Iran, le solstice d'hiver, l'une des fêtes les plus importantes de l'année avec Norouz, la célébration du printemps. Les maitresses de maison perses cuisinent le fesenjoon, plat de fête par excellence, avec amour et solennité. Le fesenjoon est cuisiné avec des morceaux de volaille, traditionnellement du canard, car ce plat est originaire du nord de l'Iran, sur les rives de la mer Caspienne. La cuisinière les fait revenir avec des oignons émincés, fondus et blondis dans l'huile, dans le fond de la cocotte, puis mijoter dans une sauce onctueuse et riche en goût, à base de mélasse de grenade et de noix finement hachées. La grenade, symbole de fertilité, d'abondance, de maturité et de sagesse, fruit mythique du paradis, est l'emblème de la soirée de Yalda. Son jus concentré donne au fesenjoon une couleur brune et une saveur aigre-douce d'une exquise curiosité, exotique, inédite, inimitable et inoubliable, et fait de la dégustation de ce met une expérience quasi mystique. 
Et voici la photo de mon 1er fesenjoon !! Traditionnellement on le sert avec du riz au safran qu'on fait cuire dans une cocotte dont on a couvert de fond de tranches de pommes de terre avec un peu d'huile : on retourne ensuite la cocotte entière sur un plat de service et ça fait comme un gateau de riz avec les pommes de terres dorées sur le dessus.... c'est toute mon enfance ces plats, et ça ce sont de bons souvenirs :-)
 
Fesenjoon.jpeg



 
--