Claire Fougerol

J'aime les femmes puissantes qui osent la vie en non-mixité comme dans notre atelier des Baladantes où émerge tant de sororité dans la créativité.

 Des femmes qui réinventent le monde pour pouvoir y exister  et qui vivent comme leur inspire  leur instinct révolutionnaire !

Au diable la famille nucléaire...c'est radioactif !

 D'ailleurs en parlant de slogans des années 70 : j'aime les femmes puissantes qui s'aiment entre femmes puissantes car alors les hommes ne récoltent plus ... le fruit de nos 1000 travaux gratuits.

Eh oui car une femme sans homme est puissante, un peu comme une poissonne est puissante dans l'eau, sans bicyclette !

D'ailleurs les femmes puissantes sont souvent sorties de  l'hétérocaptivité qui est au patriarcat ce que la roue est à la bicyclette (de la poissonne)

 Mais ces femmes puissantes ont été évacuées des archives, de  l'histoire 

d'autant plus quand elles n'avaient pas de descendance biologique

d'autant plus quand elles étaient de puissantes lesbiennes !

 Alors moi je me sens puissante de connaître l'existence de Loïe Fuller depuis ce week-end
de pouvoir citer le nom d'héroïnes comme Harriet Tubman et Audre Lorde.

Je tisse une toile robuste pour nous relier et je me sens puissante de me sentir être une arrière-arrière-arrière-arrière-...-arrière petite sœur de Sappho.

 

ROSELINE FOUQUE

« J’aime les femmes puissantes qui »…malgré l’adversité continuent  d’avancer…

J’aime les femmes puissantes qui enfin arrivent  à se débailloner.

Qui sans costume et sans moustache, se positionnent,  prennent leur place.

La puissance, n’est pas la force.

L’égalité n’est pas la similitude.

Le pouvoir n’est pas la dictature.

J’aime ces femmes puissantes qui sans vouloir être une pâle copie de la puissance deviennent l’expression de leur vérité.

Seule dans un hémicycle, avec leurs sœurs brandissant l’étendard de la reconnaissance j’aime ces femmes qui osent,  qui avancent et qui nous ouvrent le chemin de notre puissance.