Des vacances

Des nouveaux amis

Une colo, un camping

Une piscine, un festival

des spectacles, du théâtre

de la danse, du rire

Du soleil, des critiques

 

Céline

 

 CONTRE COURANT

18h CRI Kiaï compagnie

 Un spectacle d'acrobatie grandiose.

Des artistes talentueux vous promettent un moment vibrant, aérien et époustouflant.
Les artistes nous proposent une introduction décalée et pleine d'humour sur le thème du rassemblement. Ce spectacle participatif joue sur le talent d'improvisation d'un rappeur dynamique et d'acrobates souplissimes.
Les artistes et particulièrment le premier nous proposent des figures à mi-chemin entre la danse hip hop et l'acrobatie. Ils maitrisent parfaitement des figures incroyables qui demandent souplesse et habileté.
En bref, un spectacle impressionant bien qu'un peu répétitif.

 Kelia, Sandra, Lise

 

 IN 

TIGER 

Tigern est une pièce de théâtre écrite par Gianina Carbunariu et mise en scène par Sofia Jupither. Son titre, qui signifie « tigresse » en suédois, est parfaitement représentatif du thème de la pièce, puisque cette dernière se base sur l'histoire (vraie) d'une tigresse échappée d'un zoo dans une ville de Roumanie, il y a de cela cinq ans. Les témoins défilent, un chauffeur de taxi, un couple de touristes et même un trio d'oiseaux, alias un corbeau, un pigeon et un moineau (car oui, les animaux ont bel et bien leur voix dans ce spectacle, et c'est aussi ce qui en fait toute la dimension). Sous l'humour piquant des protagonistes se cache une véritable critique de la société, où l'auteur pointe du doigt la délicate notion de l'étranger et de l'inconnu, dont la tigresse est ici l'allégorie. Les scènes nous laissent à la fois amusés et déconcertés ; elles s'étirent un peu trop parfois, dans ce décor simple au possible, avec pour seuls accessoires quelques chaises et un micro. On rit des mimiques du corbeau, s'attendrit de la douceur du moineau, mais surtout, on se questionne sur la place et le destin de cette tigresse, de cette étrangère, dans un monde où on ne veut pas forcément d'elle. Le message reste implicite et pourtant indéniablement fort, laissant non pas un sentiment de satisfaction, mais comme une question en suspens dans nos esprits.

 

Sarah, jeune du camp CCAS

 

 

TRUCKSTOP

 

De Lot Vekemans

Une mère teant un bar routier, sa fille fragile et un jeune camionneur paumé.

il y a des moments j'en ai eu des frissons. Beaucopup de flashbacks et une mise en scène intéressante.

Thomas, jeune du camp CCAS

 

Tu écris souvent Thomas ?

Oui régulièrement j'écris des billets d'humeur. Avant j'écrivais sur un carnet mais maintenant j'écris sur mon téléphone. Je trpuve que c'est plus rapide que de corriger sur papier et ça me laisse plus de liberté pour mon imagination. J'écris quand je ne vais pas bien, quand j'ai des coups de blues. Ca me plait que les jeunes s'identifient à mes états d'âme. Je n'arrive à écrire que quand je suis triste, si je suis gai ça ne marche pas.

 

Going Home

 

j'aime bien ce titre , il est assez parlant.
Ce spectacle diffuse des émotions que le narrateur veut nous faire partager ce qui fait que ce spectacle est une expérience inoubliable.

Il raconte la vie d'un jeune Ethopien à qui il arrive plusieurs aventures autant bonnes que mauvaises.

La mise en scène inclut un narrateur et deux musiciens. Le décor fait penser au pays natal du narrateur avec la projection d'un petit film. Les deux musiciens jouent le rôle de comédiens de temps en temps dans la pièce.

Ce spectacle m'a énormément ému et beaucoup plu avec le jeu du narrateur, la musique entrainante qui m'a donné envie de suivre l'histoire.
Je conseille vraiment ce spectacle pour les personnes qui aiment voyager, il a vraiment sa place au festival d'Avignon.

 

Andreï, jeune du camp de la CCAS

 

 

Intrigues dans la cour des Damnés 

S'il y a un spectacle que je conseille d'aller voir, c'est bien les Damnés.

Une mise en scène époustouflante, des comédiens prodigieux et des personnages ambitieux. Certes on me dira que le scénario est le même que celui du film, dont il est inspiré mais je dirai qu'il ne s'agit pas d'un véritable argument puisqu'on peut dire la même chose de chaque film ou spectacle tirés d'une autre œuvre.
Dès le début de la pièce on est plongé dans une intrigue autour de la gestion d'une manufacture fournissant le mouvement national nazi qui s'annonce intéressante. Un peu difficile de repérer qui est qui cependant. Un personnage incroyable entre tous, Martin, dérangeant, fou, intriguant. Il nous permet de faire un parallèle avec la victoire de la folie à l'époque à laquelle se déroule cette pièce. On peut le voir sous différentes formes, manipulé puis manipulateur, dangereux à la manière d'une bombe prête à exploser à chaque instant entre nos mains. Pour ce qui est des autres personnages, le spectateur ressent tour à tour de la haîne puis de la pitié à leur égard.

Ce spectacle a tout pour être le spectacle phare du festival et je conseille à quiconque cherchant un spectacle de qualité pour ressentir des émotions fortes d'aller le voir. 

Maël , jeune du camp CCAS

 

 OFF

Ana ou la jeune fille intelligente

De Catherine Benhamou

Au théâtre du coin de la Lune à 16h

« Mariée à mort !

Poétique, doux, charismatique, original

On s’attendait à un spectacle de marionnettes mais ce n’était pas vraiment ça.

On s’attendait à un spectacle divertissant mais ce n’était pas du tout ça

En fait on a été surpris de bout en bout, pour le meilleur et pour le pire.

Ana, d’abord jeune fille puis femme, nous explique dans un langage très imagé qu’elle a été mariée de force à son oncle.

On suit son cheminement intellectuel, son désespoir et la réflexion qu’elle nous livre sur son mariage.

La mise en scène est originale, très simple et dépouillée. Un rideau transparent nous permet de voir l’ombre des comédiens dans l’arrière scène.

Le jeu des comédiens fait ressentir les émotions intensément et donne une dimension politique très sensible à l’histoire. Le regard de la marionnette est très fort, tout le charisme de la pièce repose sur elle. Cette pièce est  complexe mais si riche sur le fond et la forme qu’elle mérite d’être vue.

Loic,  Jeune du camp de la CCAS